EDITO BDT

Agir pour être responsables de notre avenir

« Sommes-nous responsables de notre avenir ? »

La question posée au bac philo peut sembler évidente. Agir pour infléchir le cours des événements et construire un autre avenir, n’est-ce pas le cœur de l’engagement, en particulier syndical ?

Et pourtant, en cette période de crise sanitaire sociale, environnementale, politique, démocratique ; l’incertitude du lendemain envahit nos pensées, influence nos comportements.

Pour se rassurer certains regardent le passé avec nostalgie, d’autres s’accordent à la promesse inéluctable d’un futur meilleur… Et puis il y a celles et ceux qui s’enferment dans la crainte, se sente impuissant.e.s.

Au-delà de l’impact de la situation sur l’évolution de l’état d’esprit de chacun.e, la nécessité est de mesurer que façonner le monde de demain pour qu’il réponde au besoin et au souhait du plus grand nombre, relève d’une conscience et d’une entreprise collective.

En revendiquant être cet espace de responsabilité collective, le syndicalisme et modestement la Bourse du Travail de Malakoff, jouent leur rôle pour agir sur l’avenir de chacun.e. et de tous.

Une visite de notre site boursedutravailalakoff.org) vous donnera une idée complète de notre activité dans cette période pour être au service des salarié.e.s, des retraité.e.s et privé.e.s d’emploi pour faire avec elles et eux, et finalement leur donner les moyens d’être responsables de leur avenir.

Bel été de retrouvailles, d’échanges et de luttes solidaires à toutes et à tous.

Gérard Billon

Sommaire nouveaux événements sur le site :

Partagez cet article

WhatsApp Image 2021-07-15 at 15.58.59

Régularisation de Bougary Magassa !

La lutte paie ! 

Bougary Magassa avait travaillé pendant 6 ans dans un magasin monoprix sous « alias » car travailleur sans papier.

Quand il a voulu régulariser sa situation, il a discuté avec sa direction afin d’entamer les démarches administratives. Depuis 2019, la Bourse du Travail était engagée dans un combat pour obtenir sa régulation. Depuis peu, c’est officiel, la lutte paie et Bougary a enfin obtenu un titre de séjour.

Partagez cet article

photo6017090332786800164

Victoire des organisations syndicales de l’EPIDE de Malakoff

Victoire des organisations syndicales de l’EPIDE de Malakoff contre le projet de délocalisation !

En novembre 2019, les salariés de l’EPIDE apprenaient le projet de la délocalisation de la direction générale en province.
Aucune concertation n’avait été organisée avec le personnel et les organisations syndicales avaient été mises devant le fait accompli. Ce projet risquait de bouleverser la vie de nombreux salariés qui auraient dû choisir entre perdre leur emploi et l’éloignement de leur famille.
Grâce au combat acharné des organisations syndicales (manifestation, interpellations des ministères de tutelle, tracts pétitions), au soutien de la Bourse du Travail et de la municipalité, le projet de délocalisation a été annulé, L’EPIDE et ses salariés resteront à Malakoff !

Partagez cet article

WhatsApp Image 2021-07-15 at 15.32.38 (1)

Remise de prix aux élèves du Lycée professionnel Louis Girard & Collège Wallon

Concours National de la Résistance,

Remise de prix aux élèves du Lycée professionnel Louis Girard & du Collège Wallon.

Depuis plusieurs années la Bourse du Travail de Malakoff en association avec la municipalité et de l’ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants fondée par Henri Barbusse) ; récompensent la participation des élèves et de leurs professeurs au concours national de la résistance.

Pour les remises de prix :
• Une délégation de la Bourse du Travail
• Jocelyne Boyaval (conseillère municipal déléguée à la mémoire, aux anciens combattant et aux seniors)
• Jean Pierre Renaudat et Claude Girard (ARAC)

Partagez cet article

211859410_499593687784688_8006330299927658634_n

Paix pour la palestine

19 mai 2021 , marche pour la paix !

Participation de la bourse du travail à un rassemblement citoyen pacifiste en soutien avec le peuple palestinien le mercredi 19 mai à 19h30 sur la place du 11 novembre.

Différentes associations, organisations syndicales et partis politique ont pris la parole pour rappeler l’exigence d’une paix juste et  durable entre palestiniens et israélien ; mais aussi l’application du droit international, des résolutions de l’ONU et la reconnaissance de l’état palestinienne par le gouvernement français.

 

 

Partagez cette page

193404920_299140041856575_5491169217671459383_n

le 12 juin 2021, marchons pour nos libertés !

Tous et toutes ensemble pour les libertés et contre les idées d’extreme-droite

Le samedi 12 juin 2021, une journée de mobilisation contre le racisme et les idées d’extrême droite est organisée par la CGT, dans l’unité, avec d’autres organisations, associations et partis politiques.

Le 12 juin, le monde du travail, les retraités et la jeunesse sont appelés à combattre le racisme et les idées d’extrême droite, en agissant et intervenant dans le débat public.

À chaque moment économique difficile de notre histoire récente, les gouvernements qui se sont succédés ont toujours usé de la division, de la peur de l’autre, de la recherche de boucs émissaires. Cette utilisation permet de détourner les consciences des véritables causes de ces situations, d’éviter la contestation de leurs choix et brouiller la vision de possibles alternatives (…..)

la bourse du travail et les syndicats de Malakoff ont répondu présents !

Partagez cet article

1er Mai 2019

Tous ensemble, déconfinons les luttes !

Newsletters Mai 2021

Si l’on peut se féliciter de voir s’ouvrir des mesures de déconfinement qui vont apporter des améliorations de nos conditions de vie, nous n’avons aucun doute sur la volonté du gouvernement et du MEDEF d’en faire une nouvelle étape d’offensive contre les droits sociaux et démocratiques du monde du travail: loi sur l’indemnisation du chômage, réduction des congés des fonctionnaires, attaques contre le service public, volonté de développer le travail du dimanche etc … À cela il faut ajouter les annonces de suppressions d’emplois dans de nombreux secteurs, dans l’industrie comme dans le tertiaire. Et Pendant ce temps-là, les profits financiers ne cessent leur croissance.

À Malakoff, malgré les conditions difficiles pour l’activité syndicale, les luttes se poursuivent dans le commerce, à la Poste, chez les fonctionnaires territoriaux, dans la culture notamment. Le 1er mai a été un moment unitaire fort d’expression revendicative qui va se poursuivre lors de rendez-vous de lutte déjà programmés:

Pour commémorer le 150e anniversaire de la Commune de Paris, la Bourse du Travail a prévu plusieurs initiatives d’ici la fin de l’année dont les premières auront lieu dans les prochains jours :

  • Une vidéo regroupant des témoignages de militants syndicaux, associatifs, politiques sur l’héritage de la Commune dans leur activité d’aujourd’hui : https://youtu.be/WKGwObkfkMU
  • Des airs dans la ville : Le vendredi 21 mai à 12H30 place du 11 novembre à Malakoff : Un concert d’Annie Papin et La Brigade Louise Michel
  • Le samedi 22 mai au théatre de verdure :
    • à 15h00 :  Table Ronde sur le thème : 150 ans de la Commune de Parsi : quels enseignements pour les luttes aujourd’hui ? Animé par la journaliste Patricia Chalumeau avec comme invités Ludivine Bantigny (historienne et universitaire) et Roger Martelli (co-président des Amis de la Commune)
    •  à 17h00 : Concert de Francesca SOLLEVILLE

https://www.malakoff.fr/9-2234/actualites/fiche/malakoff-fait-vivre-la-commune-de-paris.html

 

Enfin, en plus de toutes les informations et actualités de la Bourse du Travail vous trouverez sur notre site (https://boursedutravailmalakoff.org):

Partagez cet article

maxresdefault

La Commune de Paris, 150 ème anniversaire

De 1871 à 2021 , la Commune de Paris !

Dans le cadre de la commémoration du 150ème anniversaire de la Commune de Paris, la Bourse du Travail a demandé à quelques responsables syndicaux, associatifs, politiques de Malakoff , quels étaient pour elles et eux, les principaux héritages de la Commune dans les luttes sociales et sociétales d’aujourd’hui ?

La BOURSE DU TRAVAIL DE MALAKOFF RESTE JOIGNABLE:

☎️ : 0155480631

📧 : boursedutravailmalakoff@gmail.com

✍️ : 24/28 rue Victor Hugo 92240 Malakoff

Partagez cet article

Les écoles franciliennes ouvertes au virus

Plusieurs écoles sur la circonscription seront fermées

L’ensemble des sections SNUipp-FSU
des Académies de Paris (75), Créteil (77, 93, 94) et Versailles (78, 91, 92, 95 )

Le Ministre peut continuer à s’en féliciter, les écoles sont restées ouvertes… Mais à quel prix ! L’Ile-de-France fait face à une circulation du virus très intense et malheureusement meurtrière. Même le Ministre a reconnu dans les medias le 19 mars que le taux d’incidence dans les écoles était supérieur au taux d’incidence national. Les hôpitaux franciliens sont toujours en grande tension. Les choix faits par le gouvernement placent les personnels et les familles dans des situations ubuesques voire dangereuses dans certains cas. Trop, c’est trop !

Dans un grand nombre d’écoles les conditions d’apprentissage sont fortement dégradées et nous assistons le plus souvent à une ouverture de façade qui ne garantit ni le respect du protocole sanitaire ni la continuité des apprentissages. En cas de non-remplacement, ce n’est pas aux parents d’estimer si laisser leur enfant à l’école représente un danger pour la santé de toutes et tous.

Nous connaissons les conséquences, scolaires et psychologiques, qu’a eu le premier confinement sur nos élèves et sur l’école. Le ministère était alors resté sourd aux appels du SNUipp-FSU à un plan d’urgence et de recrutement massif pour reconstruire l’école dès la rentrée.

Oui les écoles doivent demeurer des lieux d’enseignement et d’émancipation des élèves. Mais cela ne peut pas nous amener à accepter des risques inconsidérés pour ces mêmes élèves, leurs familles et les personnels francilien-nes sans compter l’impact en termes de santé publique.

Les SNUipp-FSU 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94 et 95 dénoncent les conditions de travail actuelles des personnels et notamment des directeur-trices qui doivent gérer l’impossibilité de respecter le protocole sanitaire, la pénurie de remplaçant-es, l’organisation de plus en plus chaotique de l’école. Les inconséquences voire l’incohérence de la gestion de la situation, dans certains cas, par l’Institution est manifeste. L’ouverture des écoles “quoi qu’il en coûte” n’est plus possible !

La fermeture d’une école touchée de manière importante par le virus pour une durée minimale, la fermeture d’une classe dès le premier cas positif identifié n’est pas une remise en cause de la continuité du service public d’éducation. C’est une réponse sanitaire qui permettrait de casser les chaînes de contaminations (du moins à l’école) et de régler un grand nombre de situations. C’est la santé de toutes et tous qui doit primer !

Puisque le ministère fait le choix de rester sourd aux demandes légitimes des personnels et du corps médical, les SNUipp-FSU d’Ile-de-France appelleront les personnels à la grève comme ultime moyen de protéger leur santé, celle des élèves et des familles.

le 25 mars 2021

 

Partagez cet article